Entretien 

avec Maram al-Masri

Nous avons rencontré, dans le cadre d'une animation du CDI de notre collège, Maram Al-Masri poétesse syrienne installée en France. 
Maram Al-Masri nous a accordé un entretien où elle nous parle de la poésie, de la guerre et de la résistance. Elle lutte contre la guerre en Syrie à travers la poésie.
Elle a écrit dès l'adolescence des poèmes en arabe classique puis en français. Tout au long de notre entrevue, elle insistera sur " le pouvoir des mots"
Elle dit: " la poésie ce n'est pas une arme, c'est un moyen de résister", " une façon de vivre et survivre "
Il s'agit pour elle , et d'autres poètes qu'elle fera éditer , de résister au chagrin, à la guerre , à sa condition, un poème est une sorte de " bouée de sauvetage" pour celui qui écrit .
Mais aussi , elle estime que "ce que l'on écrit peut faire changer l'autre, éclairer le paysage sombre de l'autre "
L'écriture est porteuse de messages, d'opinions et vient rendre hommage à la liberté plus forte que la destruction.

L'éditeur de Maram Al-Masri, Francis Combes
L'éditeur de Maram Al-Masri, Francis Combes


Son éditeur, le poète Francis Combes et elle s'accordent pour dire que dans toute résistance, il y a l'action armée et "la pensée qui donne les raisons de se battre, de tenir debout , de maintenir l'espoir et la dignité "
Maram Al-Masri insiste sur la force des poètes en nous disant combien les régimes politiques considèrent les artistes comme hautement dangereux. Des poètes sont ainsi mis en prison , condamnés à mort. On pense au palestinien Ashraf Fayad ou au syrien Adonis.
" la poesie est un acte civique devant le monde" .